Luc, a déjà fait jouir ma femme deux fois, elle se contorsionne sur ses doigts en grognant .

Ses plaintes de plaisir  m’excitent, j’accelere la masturbation, ma queue et dure comme du bois, je grince des dents et envoie plusieurs décharges puissantes de sperme le liquide visqueux gicle sur mes doigts avant de tomber sur le sol.

L’homme s’écarte de ma femme et lui demande de s’asseoir sur le canapé, elle obtempère et attend avec impatience la suite des événements.

Il presente a sa bouche son anaconda, il le frotte  doucement sur ses lèvres, plusieurs fois elle  tente de gober le cèpe géant mais peine perdue le diametre est bien trop important.

-Lèche le  vas- y !!

La langue rapeuse monte et descend sur la hampe épaisse, elle  le tient d’une main ses doigts  fins n’en font pas le tour, de l’autre,elle lui triture les bourses qui sembles bien pleines.

Ma femme mordille doucement le gland violet, Luc grogne de plaisir, il la saisit par les cheveux et tire fortement il tente de penetrer la bouche,sans succès il renonce  a la fellation.

Il s’agenouille face a ma femme et lui ecarte les jambes, il place sa tete entre ses cuisses et plaque sa bouche sur la vulve degoulinante de desir.
Longuement sa langue fouille le conduit, ma femme gémit a chaque coup de langue que lui  donne le vieil homme, elle ondule du bassin.

Il lui ecarte avec ses mains les grandes lèvres et fait sortir de son écrin le bouton d’amour gonflé comme jamais.

Il le happe et le tète avidement, ma femme se raidit ses râles deviennent bruyants.

Je m’approche du couple et donne ma bite a sucer a ma salope, elle l’avale d’un coup jusqu’à la garde, sa gorge est profonde, mes couilles frappent sa bouche a chaque mouvement de sa tete, elle aspire mon membre si fort que j’ai l’impression qu’elle veut y faire entrer mes couilles.

Je râle de bonheur, je me crispe et envoie une bonne decharge de sperme au fond de son gosier.
Je me retire pour ne pas l’étouffer, elle deglutie puis avale la totalité du sperme.

Elle me sourit et passe sa langue sur ses lèvres pour ne rien perdre du liquide gluant.
Luc ne la ménage pas il lui dévore le bouton qui a encore grossit entre ses levres, il le tète tellement fort qu’il en devient douloureux.

-Oui fais moi mal  vas-y !!

Oh la je ne connaissais pas ma femme sous ce jour la, elle m’étonne de plus en plus j’adore qu’elle devienne salope.

Soudainement elle pousse un cri strident, Luc lui a mordu le clito et réitère plusieurs fois.